Parais-tu assez overbooké au bureau ?

Overbooké, qu’est-ce que c’est ?

On a tous au moins un collègue constamment Overbooké au bureau, multipliant les signaux de suractivité.
Maniée avec parcimonie, l’attitude Overbookée peut booster une réputation bureautique, notamment auprès de tes managers qui auront ainsi l’impression que tu te donnes à fond dans tes projets.

Et TOI, par rapport à la «Overbookée attitude», où te situes-tu ? Pour le savoir, sélectionne le(s) profil(s) dans lesquels tu te reconnais.

Smartphone addict

Nous parlons bien sûr ici d’une addiction à ton téléphone pro, alias ton meilleur ami bureautique, que tu ne quittes pas d’une semelle !
Tu prends évidemment bien soin de ne JAMAIS le mettre sur silencieux pour que tout le monde soit bien témoin de, ô combien tu es sollicité, chaque fois que tu reçois un appel ou un mail.
À cet effet sonore tu ajoutes une gestuelle frénétique consistant à pianoter sur les touches de ton téléphone non stop, y compris et surtout, lorsqu’un collègue te parle ou lorsque tu es en réunion, clé indispensable pour passer pour un business man ou une working girl Overbooké. Tu n’hésites d’ailleurs pas à agrémenter cela d’un petit : «vas-y continue, je t’écoute», destiné à un interlocuteur qui se serait arrêté de parler suite à ton manque d’attention, tout en gardant bien sûr les yeux rivés sur ton tél’. Cette technique, certes totalement irrespectueuse, te fais cependant instantanément gagner pas mal de points en «Overbooké style» !
Enfin, tu soupires de manière ostentatoire à chaque nouveau mail reçu et commentes même allègrement la lecture de ces derniers : « non mais c’est pas possible », « ils font vraiment n’importe quoi », « c’est fatigant de toujours devoir rattraper les bêtises des autres » . Et oui, car en bon Overbooké qui se respecte, tu ne reçois pas simplement une tonne de mails, mais tu les traites pour rattraper en plus le manque de compétence de tes collègues !!!…

Roi des sous-entendus

Chaque fois que l’un de tes collègues te demande poliment comment tu vas, tu réponds au choix : «je suis COMPLÈTEMENT sous l’eau », « c’est très dense en ce moment », ou, plus plaintif encore : «je suis arrivé a 7h du mat’ au bureau et je ne vais sûrement pas partir avant 21h mais à part ça, ça va ! ». Tu passes certes pour un aigri notoire avec cette dernière réplique, mais assois indéniablement ta réputation d’Overbooké de la life.

Sportif d’open space

Déjà bien maîtriseé par la Reine de l’Open Space et le collègue Surstressé, tu es toi aussi passé maître dans l’art de courir pour te déplacer. Car en effet, si tu es Overbooké comme tu le prétends, cela n’a AUCUN SENS de marcher pour aller d’un point A à un point B comme le commun des collègues. C’est donc muni de chaussures chics mais confortables que tu tapes tes sprints en public à longueur de journée.
Tu n’hésites d’ailleurs pas à bien marquer tes foulées d’une réelle empreinte sonore, histoire que ceux qui ne t’auraient pas vu passer, lèvent le nez au bruit de tes courses sur la moquette.

Pressé de la pause déj’

Soit tu déjeunes devant ton ordi, en zonant d’ailleurs éventuellement sur internet, ce qui n’a pas d’importance ton seul but étant d’envoyer ce message « fort » : tu n’as pas le temps de prendre une pause déjeuner digne de ce nom car tu es OVERBOOKÉ !!!
Soit tu trimballes ton déjeuner avec toi jusqu’a 15h si tu as des réunions, toujours dans cette optique de message fort à faire passer. Dans ce cas précis, tu t’introduis toujours en t’excusant platement d’arriver avec ta nourriture, affichant un air très grave de rigueur, pour bien faire comprendre que tu trouves la situation inacceptable mais que, pauvre de toi, tu n’as vraiment pas le choix.

Chaud du café

Tu as perpétuellement un gobelet de café vissé à la main. Overbooké comme tu prétends l’être, tu es par définition crevé, et le café doit donc représenter aux yeux de tes collègues ton seul salut. Tu te trimballes ainsi constamment avec ton nectar à la main, arborant cette expression de drogué en manque qui sous-entend : « sans ma dose de café, je ne tiens pas ». Tu aimes même le dire tout haut de temps en temps, pour encore plus d’efficacité.

Jamais sans tes accessoires

Tu te déplaces toujours, quoi qu’il arrive, avec une pile de dossiers sous le bras, que tu te plais à traîner comme un fardeau pour accentuer le côté dramatique de ta situation d’Overbooké.

Trieur sélectif

Tu ne réponds JAMAIS au téléphone fixe de ton bureau, sous-entendant ainsi que seules les personnes en sous-charge de travail ont le temps de gérer les appels internes, mais aussi que tu passes ton temps en réunion et n’est pas «tranquillement» dispo à ton bureau.
Tu aimes ainsi rétorquer à ceux qui se plaignent de ne pas réussir à te joindre : « envoie-moi un mail, je te répondrai quand j’aurai le temps de le traiter » : tellement stylé dans l’Overbookée attitude !

Seigneur en sa demeure

Tu aimes demander aux stagiaires ou collègues qui te reportent d’effectuer des tâches dont tu devrais normalement décemment te charger, mais ton but ici est simple : faire passer le message que tu n’as même plus le temps de faire l’essentiel.
Ainsi, tu es devenu pro dans l’envoi de « petites mains » pour aller chercher tes impressions à la photocopieuse, ton déjeuner livré à l’accueil du bureau, ou encore dans le forwardage de mails intensif pour qu’ils soient gérés à ta place (en réalité, cette astuce plutôt maligne inclue également tous les mails que ça te fait royalement chier de traiter, rien à voir avec un quelconque manque de temps).

Homme invisible

Tu laisses perpétuellement une veste sur le dossier de ta chaise et ne range jamais ton bureau en partant le soir. Cette technique bien fourbe est cependant redoutable pour paraître à coup sûr Overbooké aux yeux de tes collègues crédules.
Si tu passes vraiment pro dans l’art de te casser discrètement du bureau, nombre des tes compagnons d’open space auront ainsi l’impression que tu es le premier arrivé le matin et le dernier parti le soir…

Malade imaginaire

Tu exagères régulièrement des maladies chroniques à grands renforts de cachetons pris devant tout le monde en réunion, de façon de parler en canard lorsque tu es enrhu[b]é et de port de doudoune dans les bureaux quand tu es en «état grippal».
Ton but est ici de mettre en avant le fait que, même malade, tu viens bosser malgré tout. Et pour encore plus d’impact, tu aimes te comparer à un des tes collègues soigneusement choisi pour ses arrêts maladie à répétition et dire : « pas comme Machin ». Enfin, tu dis ça, tu dis rien

Urgentiste

Pour bien faire comprendre que tu vis à 100 à l’heure et que chaque minute compte dans ta vie bureautique, tu es devenu le pro des phrases très constructives du genre : «Ce dossier ? il est pour hier ». Sans compter que tu emploies bien sûr le terme ASAP tous les 2 mots et mets systématiquement l’adjectif « urgent » dans l’intitulé de chacun de tes mails.

0 profil sélectionné

Soit tu n’en fous pas une au boulot (Zoneur, c’est toi ??), soit tu gères bien ton temps et ton stress et ne tombes pas dans la caricature des travers classiques de l’Overbooké bureautique. Mets peut être cependant une affirmation de ton choix en pratique sinon tu risques fortement d’être toujours celui à qui l’on refile le dossier supplémentaire, ton attitude trop zen faisant penser que tu te tournes les pouces.

Entre 1 et 4 profils sélectionnés

Tu es un habitant lambda des open spaces et te surprends (ou pas) à développer régulièrement certaines manies typiques des Overbookés notoires qui peuplent les bureaux. Rien d’inquiétant du coup, puisque tu sembles pratiquer l’art de l’Overbookée attitude avec parcimonie.

Entre 5 et 8 profils sélectionnés

Tu commences à être un cas « intéressant » maîtrisant plutôt très bien l’attitude Overbookée. Tu as déjà un pied en plein dans la catégorie des collègues avec qui l’on préfère ne pas trop bosser car certains des tes comportements sont, comment dire… assez tendants.

Entre 9 et 11 profils sélectionnés

Félicitations, tu es un spécialiste de l’Overbookée attitude ! Sois vigilant cependant car, comme pour tout, lorsque l’on en fait trop cela finit toujours par paraître suspect et tu risques finalement de passer directement du stade de collègue Overbooké à celui de collègue qui en fait des tonnes pour faire croire qu’il bosse comme un fou. Sans compter qu’il y a fort à parier que tu insupportes la quasi totalité de tes collègues de bureau avec ton attitude constamment survoltée…

Tu as aimé cet article ?

Et si on se rencontrait ? Toutes les infos sur la dédicace du livre Comme un lundi au bureau le mercredi 18 octobre 2017.
Abonne-toi pour être averti à chaque nouveau post (et reçois un chouette cadeau pour le bureau).
Fonce en libraire découvrir Comme un lundi au bureau, le livre anti-déprime pour affronter avec le sourire la vie de bureau.
12 Comments
  • Anaïs
    novembre 26, 2014

    Ahaha je valide tellement mon statut de trieur sélectif !! Pas le temps de répondre au fixe et si c’est urgent je recevrais un email Ahaha c est très bon de se faire décrypter

    Encore merci pour ce nouveau test Latte sans sucre !!

  • Greg
    novembre 27, 2014

    Bonjour,

    J’ai un score de 0 et il est vrai que je ne m’en fou pas une. Par contre je ne gere ni bien mon temps ni mon stress. C’est juste que je m’en fou des perceptions des gens.

    Je garde mon cote ‘overbooke’ pour quand je rentre a la maison. Ce facade reste l’exclusivite de ma femme et mes enfants. Rentrant tard le soir, juste a l’heure des bains et repas des enfants, je m’en fuit rapidement, l’aire totallement a la bourre, dans notre chambre nuptuelle qui sert aussi de bureau. M’expliquant deja en passant la porte que j’ai milles choses a faire, forcant un peu de rougeur dans mes joues, soufflant et soupirant sous mille pretextes, j’embrasse ma femme et mes enfants pour me renfermer dans la chambre.

    A ce moment, je me couche sur le lit, allume l’ipad, surf sur facebook, regarde les pornos et fait une sieste.

    Bon weekend a tout le monde

  • Mademoisellevi
    novembre 27, 2014

    J’ai beaucoup beaucoup ris ahah
    J’ai pu reconnaitre un collegue dans chaque catégorie
    En même temps on a tous des défauts ou des vices cachés, sinon ce serait pas drôle ^^

  • Une fille d'érable
    novembre 27, 2014

    Et si on a 11 bouées .. au bureau ET dans la vie. Parce que moi j’ai l’impression que 24h c’est pas assez, 31 jours c’est pas encore assez et 365 jours c’est toujours pas assez. Yé suis toujours TOUJOURS overbooké. (ceci est un message à l’aide) 😀

  • Laurence
    novembre 28, 2014

    Bravo Latte sans sucre ! Quel plaisir de pouvoir décortiquer les attitudes de mes collègues …
    Bon, j’avoue avoir à mon actif pas mal de bouées. Mais c’est en toute bonne foi ! Je suis vraiment overbookée. Ok, ce rôle me plait aussi beaucoup. Par contre j’espère ne pas être perçue comme une monumentale mytho insupportable.
    A noter que pour parfaire son look overbooké, il est possible d’arborer une conscience professionnelle à toute épreuve. Surfer sur le web pendant les heures de bureau, moi vivante jamais ! Pour ce faire, on n’hésite pas à prendre un air outré si on est témoin d’un comportement inacceptable type : « Il pique une enveloppe pour un courrier perso »

    • Latte sans Sucre
      novembre 28, 2014

      Ha ha, l’air outré la meilleure arme de celui qui fait la même chose par derrière ! 😉

  • Myrgold
    novembre 29, 2014

    Wouhou, 0 bouée… et en plus, j’ai appris à dire non (par rapport à ce fameux dossier puisque j’ai l’air d’avoir le temps…).

    Techenique : « en fait je n’ai pas le temps pour ton dossier, par contre si tu veux, un de ces jours on déjeune ensemble et je te partage ce que j’ai appris pour ne plus être débordée mais efficace » 😉
    Héhéhé

    Bien sûr ça dépend avec qui, et je rends service quand c’est respectueux et réciproque. Et/ou que le surplus de travail est réel. Faut quand même un brin d’empathie dans ce monde de brutes.

    Mais j’ai déjà vexé une paire d' »overbookés », ben oui, je peux justement glisser le fameux « apprendre à dire non, traiter les priorités et pas seulement les urgences, ranger son bureau tous les soirs avant de partir, etc. » au choix et à la tête du client.
    Surtout ceux que je vois profiter des « bonnes poires » (pas dans un sens péjoratif) ou ces overbookés condescendants.

    Un jour j’ai même proposé à un « pas content que je ne me charge pas d’un dossier qu’il avait voulu pour bien se faire voir mais qui était cauchemardesque », qu’on en discute à la prochaine réunion, ou même qu’on en discute avec notre boss demain pour trouver une solution, genre je vois si je peux reporter un de mes projets pour pouvoir passer du temps sur le sien. Encore moins content… Rhalala, et dire que je propose des solutions 😉
    Je précise qu’il avait tendance à demander ce genre de dossiers en réunion, se délester auprès d’autres collègues et comme par hasard oublier de mentionner leurs contributions pour s’attribuer tout le mérite d’avoir su gérer ce que les autres n’arrivent pas à faire (bouh).

    Bon week-end, j’ai plein de chose à faire, mais j’vous lis hein 🙂

    • Latte sans Sucre
      novembre 29, 2014

      On peut dire que tu sais gérer les collègues Overbookés : bien joué ! Concernant ceux qui sont pro pour refiler les projets mais s’en attribuer ensuite les mérites, ça me rappelle un ancien DIY « en toute Transparence », si tu ne l’as pas encore lu, ça va sûrement t’évoquer des choses… 😉

Balance un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *