• Les excuses pour procrastiner au boulot

    Il y a des excuses que l’on se donne en sachant très bien, au fond de nous-même, que l’on est d’une mauvaise foi caractérisée.
    Et des prétextes pour procrastiner, la vie de bureau t’en sert un paquet, sur un plateau.
    Voici la liste non exhaustive des raisons bidon pour ne rien glander au boulot :

    Le problème informatique

    « Internet ne marche pas » ou « il y a un souci avec le serveur » sont du pain béni pour toute personne qui a décidé de ne pas bosser. Là, pas si pressé de régler le problème, tu appelleras mollement le service informatique en croisant les doigts pour que l’équipe soit débordée.

    La panne de café

    « La machine à café est hors service ». La bonne excuse pour procrastiner de bon matin. Comme par hasard, tu deviens alors cette personne qui ne peut pas se mettre à bosser avant d’avoir bu son café. Tu vas aux autres étages pour aller en chercher un, tu parles de la panne à tous les collègues croisés, et te démènes pour te renseigner sur le problème technique auprès de la maintenance. Bref, tu déploies des trésors d’imagination dans le simple et unique but de procrastiner.

    Le mauvais timing

    « Ça va,  je suis large ». Cette auto-persuasion, sous-entendant que tu as raison de ne pas bosser parce qu’il te reste plein (trop) de temps, est un grand classique. Elle te promet à coup sûr de te retrouver surstressé comme jamais au moment où il faudra boucler ledit projet.
    Dans la rubrique timing, il y a aussi le ridicule : « ça ne vaut pas la peine que je commence quelque chose maintenant ». Parce que : «  j’ai une réunion dans 30 minutes » ou « je pars bientôt déj’ »,  par exemple . Nous pouvons juste ici statuer sur le fait que tu es une grosse feignasse.

    Le ressenti gênant

    On parle ici de tout ce qui visiblement t’empêche viscéralement de te mettre à bosser. La palette est large et va du « j’ai froid », au « j’ai faim », en passant par le «ça sent mauvais dans l’open space».

    Le moral en berne

    Imparable est le joker du : « c’est pas mon jour ». Cette excuse magique est censée mettre en avant le mal-être inextricable qui t’assaille. Devant ce constat sans appel, il est évidemment bien plus sage de procrastiner et ne pas bosser…

    Les jeux de pouvoirs

    Ici, deux points de vue s’opposent tout en se rejoignant dans l’art de procrastiner.
    L’un peut se dire : « c’est moi le boss ». Cette observation te permet de ne pas en foutre une ramée. Au pire, il y aura tes collaborateurs pour trimer à ta place.
    De l’autre côté un bon « mon boss est pas là donc je glande » est un argument imparable.

    La « maladie »

    « J’ai mal au cœur », « j’me sens pas bien », « je crois que je couve quelque chose ». Tu es trop mal, vraiment, tu ne peux pas bosser.

    Et toi, quelles sont tes excuses pour procrastiner au bureau ?

    Comme un lundi au bureau, le livre anti-déprime pour affronter avec le sourire la vie de bureau

    Tu as aimé cet article ? Abonne-toi à Latte sans Sucre pour être averti à chaque nouveau post !
  • On fait quoi au bureau avant les vacances ?

    Petit post de saison pour parler des 5 choses que l’on fait au bureau avant de partir en vacances.

     

    Latte sans Sucre, le blog rigolo à boire au bureau Au collègue qui gère nos dossiers en notre absence, on n’hésite pas à mentir allègrement. « T’inquiète, à part 2/3 petits en-cours, tout est sous contrôle. Je t’envoie un petit mail sur le sujet avant mon départ. »
    On fait bien sûr partir ledit mail juste avant d’éteindre son ordi et de se barrer tout de suite après pour plusieurs semaines de vacances. On lui laisse ainsi la joie de découvrir notre charmant message récap’, au contenu plus long qu’une encyclopédie. Ce dernier, écrit dans la panique et la confusion la plus totale, n’est qu’un ramassis des dossiers foireux que tu n’as pas pu/voulu gérer avant de partir.

     

    Latte sans Sucre, le blog rigolo à boire au bureau

    « J-5, J-3, J-… ». Tel un bagnard en fin de peine, on saoule ses compagnons de bureau en comptant les jours jusqu’aux vacances.  On ne lésine pas sur les petites phrases du genre : « dans 3 jours, je suis les pieds dans l ‘eau ! »
    Usant pour ceux qui restent.

     

    Latte sans Sucre, le blog rigolo sur la vie de bureau
    Rien de plus jouissif que ce dernier jour avant les vacances où l’on débarque au bureau avec sa valise. Aussi improbable q’une poussette dans un open space, cet objet à lui seul a un goût d’évasion dès qu’il demeure dans un bureau.
    On insiste bien sûr sur le cliquetis ostentatoire des roulettes, histoire de narguer un maximum les collègues qui restent au bureau.

     

    Latte sans Sucre, le blog rigolo à boire au bureau

    L’étape obligatoire de l’activation du message d’absence est l’apogée du pré-départ en vacances.
    Sous les airs polis du texte de convenance, on pense en réalité : « vous ne pouvez plus me saouler, vous n’avez plus d’emprise sur moi, je pars en vacances et je m’en bats ! Pour toute urgence, merci de contacter mon crevard de collègue qui reste coincé au bureau. »

     

    Latte sans Sucre, le blog rigolo sur la vie de bureau

    Le départ en vacances nous donne toujours une sensation soudaine de liberté par rapport à la vie de bureau. On a limite l’impression d’avoir posé sa dem’. Plus rien ne compte, même les pires dossiers ne nous plombent plus le moral.
    Mais n’oublions pas que, dans quelques semaines, nous serons inévitablement le collègue qui rentre de vacances. Celui-là même qui est frais et dispo jusqu’à ce qu’il ouvre sa boîte mail et réalise que, bien sûr, rien n’a bougé.
    Mais trêve de pessimisme, on reparle à la rentrée ! Et d’ici là :

    bonnes vacances !

    Comme un lundi au bureau, le livre anti-déprime pour affronter avec le sourire la vie de bureau

    Tu as aimé cet article ? Abonne-toi à Latte sans Sucre pour être averti à chaque nouveau post !