Paye ta conf call !

Aaaaah la conf call, cette merveilleuse technologie permettant de connecter des gens géographiquement trop éloignés pour se rassembler physiquement… Il faut bien l’avouer, c’est toujours un peu foireux. Dans quelle conf call te reconnais-tu ?

Pourquoi une conf call, c;est toujours un peu foireux !...

La oui mais non

« Ça marche ? », « Vous m’entendez ? », « Monique ? » Déjà 15 minutes que tout le monde hurle devant le micro en espérant une réponse. Moments pathétiques ponctués de fausses joies quand émerge parfois une voix lointaine, hachée et incompréhensible. C’est toujours à ce moment-là que l’on se dit que ce serait une sacrément bonne idée d’appeler Patrick, le collègue « bricolo ». Mais on oublie malheureusement toujours que Patrick s’est auto-proclamé « bricolo » et qu’il n’a en pratique jamais rien concrètement réparé dans la boîte. Il débarque donc, tel le Messie, débranche et rebranche deux trois câbles, pour finalement achever de foutre en l’air l’installation…

L’huître

Titre destiné à ton mollusque de collègue avec qui tu as programmé une conf call. Mollusque car il était censé appeler il y a déja 20 minutes mais que c’est toujours le silence radio. Tu tentes de le joindre, lui envoies des mails mais rien n’y fait, bigorneau est injoignable. La raison est simple : ce cher collègue est parti en salle de conf call sans son portable et attend bêtement que le téléphone sonne, ayant visiblement zappé que c’était à lui d’appeler. Pas un instant il se demande ce qui peut bien se passer !… Il est comme ça mollusque, il attend passivement. Et comme programmer une conf call, c’est mine de rien toujours une mission, en face, on se persuade que l’on ne perd pas son temps vainement : « Il y a sûrement une bonne raison s’il n’appelle pas, attendons encore un peu. »

La gaffe

Point de long discours pour cette catégorie mais juste une bonne leçon pour l’avenir : bien repérer le bouton mute avant de balancer sur son interlocuteur. « Il est gentil John mais il n’a pas inventé l’eau chaude ! » Oups…

La mission spatiale

La liaison de certaines conf call est parfois tellement moisie que tu as juste l’impression que ton interlocuteur est en mission sur la lune, ambiance Appolo 13. Tu déploies des trésors de concentration pour comprendre un mot sur deux de ce qu’il raconte, sans parler de l’écho et des grésillements. Passionnant quand il s’agit de la description d’une nouvelle planète, beaucoup moins  pour un compte-rendu logistique.

La proximité

Y a-t-il quelque chose de plus gênant que ce collègue qui parle à deux millimètres du micro ? Respiration, salive, déglutition : aucun détail sonore ne t’échappe et tu as soudainement l’impression d’être trop, mais alors beaucoup trop proche, de Richard de la filière US.

La confusion

Tu as plusieurs interlocuteurs qui se posent des questions entre eux tout en conversant avec toi. Tu passes donc ton temps a répondre à côté de la plaque à des interrogations qui ne t’étaient pas destinées. L’exaspération monte de part et d’autre et la conf call vire au cauchemar. Une belle perte de temps qui, en plus, fout une ambiance toute pourrie entre les équipes.

Quelle est ta conf call la plus foireuse ?

Merci à Fred, Riton et PF, experts en conf call bancales…

Tu as aimé cet article ?

Et si on se rencontrait ? Toutes les infos sur la dédicace du livre Comme un lundi au bureau le mercredi 18 octobre 2017.
Abonne-toi à Latte sans Sucre et reçois un chouette cadeau pour le bureau !
Cours en librairie découvrir Comme un lundi au bureau, le livre anti-déprime pour affronter avec le sourire la vie de bureau. Un grand merci d’ailleurs au HuffPost, au Bonbon et au Petit monde d’Elodie pour leurs super articles sur le sujet 🙂

Le collègue lèche-bottes

Profil

Le collègue lèche-bottes en fait des tonnes pour devenir le chouchou de sa hiérarchie.

Caractéristique

Le collègue lèche-bottes est BEAUCOUP trop enthousiaste à chacune des idées, même les plus stupides, de ses supérieurs. Il n’a aucun amour propre et se laisse parler comme à une merde s’il le faut. Enfin, le collègue lèche-bottes fait preuve de beaucoup trop de zèle : il prend des notes pendant les séminaires, pose des questions à la fin des réunions soporifiques et applaudit les présentations power point de ses boss.

Comportement

Le collègue lèche-bottes prend bien soin de se montrer un peu vulnérable auprès de son N+1 : « Je suis une petite chose fragile mais regroupe toutes mes petites forces pour donner le meilleur de moi-même au bureau ». Ne se sentant ainsi pas menacé, plus de chance que son boss le kiffe et le prenne sous son aile.
Ça ne lui pose aucun problème de devenir le larbin de service : il va chercher sans rechigner cafés, photocopies, et déjeuners. Corvéable à merci, il n’hésite pas à s’occuper de la réservation du clown pour animer le goûter d’anniv du petit Émile, 7 ans, fils unique de son manager.
Le collègue lèche-bottes est bon public. En témoignent ses éclats de rire grotesques et tonitruants à chaque vanne moisie de ses boss. Pour montrer qu’il travaille plus que tout le monde, il leur reporte en permanence ce qu’il fait, si possible à haute et forte voix au milieu de l’open space.
Enfin, le collègue lèche-bottes marche vite et en bombant le torse car il est super occupé, super motivé et qu’il n’est pas là pour rigoler, lui…

Description

Le collègue lèche-bottes a cette douteuse tendance à s’habiller comme son N+1 : « Tu es mon mentor dans TOUS les domaines, je t’admire tellement ». Son but ultime : devenir le reflet de son manager afin que ce dernier le considère comme son poulain. Flippant.

Communication

Le collègue lèche-bottes complimente et flatte son chef en permanence, comme s’il était amoureux de lui. Il ne le contredit jamais, est d’accord avec toutes ses décisions. De plus, il est le roi de la paraphrase ! Il reformule très sérieusement tout ce que dit son manager afin de montrer qu’il est « tout à fait en ligne avec lui ».

Rapport aux autres

Le collègue lèche-bottes ne calcule que les personnes au-dessus de lui hiérarchiquement. Il s’intéresse sans demi-mesure à leur vie perso pour flatter leur ego et les conforter dans l’idée que leur vie est passionnante dans tous les domaines : « Oh oui, s’il te plaît, raconte-moi le spectacle de danse de ta fille de 6ans !!!… » Il est également passé pro dans l’art d’hocher la tête d’un air entendu, en fermant les yeux et en se pinçant les lèvres, l’air de dire « oooh que oui… », dès que ses boss disent quelque chose.

Habitat

Le collègue lèche-bottes n’est jamais loin de son supérieur, physiquement ou électroniquement. À chaque message de sa part, c’est comme si  la terre s’arrêtait de tourner et qu’il venait d’être investi d’une mission primordiale dont le but de sauver la planète.

Il est comment ton collègue lèche-bottes au bureau ?

Tu as aimé cet article ?

Et si on se rencontrait ? Toutes les infos sur la dédicace du livre Comme un lundi au bureau le mercredi 18 octobre 2017.
Abonne-toi pour être averti à chaque nouveau post (et reçois un chouette cadeau pour le bureau).
Fonce en libraire découvrir Comme un lundi au bureau, le livre anti-déprime pour affronter avec le sourire la vie de bureau.

Merci à Alex, Pompon, Fred, Riton et PF qui ont contribué à dresser ce portrait 😉